Village de Balazuc

Le site naturel de Balazuc est propice à une lointaine occupation humaine : un gué traversant l’Ardèche, des falaises faciles à défendre et une source en contrebas. La voie romaine passera à proximité immédiate du site, mais l’existence établie de Balazuc viendra plus tard.

C’est après la victoire de Poitiers sur les Sarrazins par Charles Martel, que naitrait la seigneurie de Balazuc s’étendant, d’après les premières traces écrites de son existence au XIe siècle, sur toute l’Ardèche méridionale de Largentière à Pont Saint Esprit. Elle possède la quasi totalité du bas Vivarais : Vogüé, Lanas, Vinezac, Sampzon, Largentière, Montréal, Chassiers, Sanilhac, Chazeaux, Larnas, Saint Montant, Saint Martin d’Ardèche, Bourg Saint Andréol, Saint Remèze, Bidon, et Larnas pour les plus importants villages de son territoire.

La seigneurie est établie au Castel-Vieilh à Balazuc, poste stratégique sur la voie qui relie ses possessions du sud aux mines précieuses de Largentière, mais le seigneur menant une vie nomade comme tous les seigneurs de son époque, réside dans les divers châteaux de son domaine au gré des événements.

Il faut attendre dame Vierne au XIIIe siècle pour que les seigneurs se fixent à Balazuc. Les temps changent, l’administration s’organise, Il faut centraliser le pouvoir en un lieu. Balazuc est minuscule, il faut l’agrandir pour accueillir la cour, c’est parti pour l’expansion.

On construit château, murailles et dépendances, échoppes, maisons et ateliers, on taille dans les rochers, le donjon est agrandit, le village prend forme, et n’en changera quasiment plus.

Balazuc est une petite cité prospère qui résiste à tous les assauts, mais sa position enclavée et son confort du moyen âge commencent à poser problème. Les seigneurs de Balazuc quittent définitivement la falaise et s’installent plus au sud, à Pradons, dans les prés où il fait bon vivre au milieu du XVIe siècle.

La seigneurie décline, la société évolue, le « chemin royal » est tracé au XVIIIe siècle pour contourner le village, on perce des portes et des fenêtres dans les maisons médiévales, on déconstruit, on reconstruit, on redistribue la ville à l’intérieur des murailles.

Fin XIXe quelques maisons sont rasées pour permettre à la route de traverser Balazuc, puis vint la Grande Guerre entrainant la désertification du village.

Depuis les années 60, Balazuc revit. Les gens reviennent et restaurent avec soin les bâtiments anciens dans le respect de l’harmonie historique. Ce renouveau a su préserver l’architecture du site : une merveille minérale au milieu des falaises.

Balazuc est un village classé « Plus beau village de France » et « Village de Caractère »

Sources : « Balazuc, village médiéval du Vivarais » de M. Aimé Bocquet aux éditions Plumes d’Ardèche

 

 

Likez notre page facebook pour ne rien manquer…

-->